Louis Aime Japy

Elève de François-Louis Français et de J.-B.-Camille Corot, Louis-Aimé Japy dédaigne l’industrie familiale pour se consacrer à la peinture de paysage. Il débute au Salon de la Société des Artistes Français en 1864 et y expose très régulièrement jusqu’en 1914. Il obtient une médaille en 1870, une médaille de deuxième classe en 1873, et la médaille d’argent aux Expositions universelles de 1889 et de 1900. Il devient sociétaire des Artistes français en 1883, figure à une exposition collective chez Georges Petit, à Paris, en 1888, et est nommé Chevalier de la légion d’honneur en 1906. Japy a visité l’Italie au début de sa carrière et a rapporté de ce voyage plusieurs sujets de tableaux, mais il a surtout peint des sites français, particulièrement du Jura et de son Doubs natal. Il a également rapporté de nombreux paysages de ses déplacements en Bretagne, Picardie et dans l’Oise. Il affectionne les études délicates de lumière et possède une touche frémissante, sans toutefois négliger la précision du dessin. Considéré comme l’un des élèves les plus doués de Corot, Louis-Aimé Japy sait traduire la nature avec beaucoup de sensibilité. La poésie qui se dégage de ses scènes pastorales baigne souvent dans une lumière mélancolique. Ses ouvrages sont présents dans de très nombreux musées.